Tasse à anses et son couvercle en vermeil – Paris 1676

Tasse à anses et son couvercle en vermeil – Paris 1676 – Geneviève CHANDELIER veuve de Jean de La Boissière

BT161355_030_BEA__RVB BDef__ImgNTMaitres Éric BEAUSSANT et Pierre-Yves LEFEVRE assistés du cabinet d’Emeric et Stephen PORTIER ont présenté le 2 décembre 2016 à Drouot Richelieu une tasse à anses couverte en vermeil fondu et ciselé posant sur un piédouche, ornée en applique d’un décor rayonnant de feuilles d’acanthes ciselées et amaties.

Les anses verticales ajourées et soulignées de volutes feuillagées.

Le couvercle bordé d’une frise de laurier, la prise anneau serpentiforme à enroulements.

Elle a été réalisée par l’orfèvre Geneviève CHANDELIER, veuve de Jean de LA BOISSIERE à PARIS en 1676.

Poincon Tasse a Anses - CHANDELIER 2

Poinçons de charge pour PARIS, régie de Jean Baptiste LUCOT, lettre H et poinçon du Maitre Orfèvre Geneviève Chandelier sur la fond de la tasse.

Cette tasse à anses a figuré dans l’exposition: Louis XIV  » Fastes et décors » musée des Arts Décoratifs en 1960 sous le numéro 349. Elle fit partie de la vente de Maitres Ader Picard Tajan, du lundi 14 décembre 1987 à Drouot, salle 2, sous le n°185.

 

 

 

 

Tasses & écuelles

Les tasses et écuelles étaient au XVIIème des objets usuels, accessibles aux classes aisées, contrairement à la platerie, ces pièces étaient largement diffusées dans la société française et formaient l’essentiel des stocks des orfèvres de Paris.

Leur caractère très personnel conjugué à leur poids assez faible les ont protégées des fontes successives ordonnées la fin du XVIe et début du XVIIe siècle par Louis XIV.

L’écuelle servait à boire son bouillon du matin, ainsi qu’aux enfants et aux malades alités. De forme ronde, à fond plat, d’environ 28 cm d’envergure, elle est dotée d’un couvercle et d’oreilles horizontales. La prise peut être serpentiforme parfois soulignée de feuilles d’acanthe, elle sera plus tard en forme d’anneau à charnière, abattable.

Les tasses sont moins larges, dotées d’anses verticales et reposent sur un piédouche.

Les plus anciennes présentent des anses ajourées fondues en forme de rinceaux, dauphins, soulignées parfois de chutes de perles.

Certaines tasses ont un couvercle, l’anneau est en forme de serpent et le décor formé de larges feuilles d’acanthe en appliques.

Ces tasses faisaient parfois partie de service de toilette, comme en témoigne celui de la princesse Hedvig Sofia de Suède conservé au château de Rosenborg à Copenhague ou celui aux armes de William d’Orange et Mary, princesse d’Angleterre réalisé par Pierre Prévost.

Geneviève Chandelier

Jean de La Boissière, son époux fut reçu en 1642, il prit pour poinçon « un J, un D, un L et un B en lettres romaines et en tête de cerf en dessus », il décéda en 1671 Sa veuve Geneviève Chandelier prit sa suite et fit insculper son poinçon reprenant celui de son mari « auquel a été mis la lettre V pour marque de sa viduité ».

Geneviève Chandelier veuve de Jean de La Boissière était spécialisée dans la fabrication d’écuelles et de tasses, elle avait un atelier prospère dans les années 1670.

Plusieurs de ses écuelles ou tasses furent exposées au musée des Arts décoratifs en 1960 dans le cadre de l’exposition: Louis XIV  » Fastes et décors »

Informations :

  • Maitres Éric Beaussant & Pierre-Yves Lefèvre
  • N° 292 de la vacation du 2décembre 2016 – DROUOT RICHELIEU
  • Adjugé : 96.000 euros

Bibliographie :

  • Les orfèvres et l’orfèvrerie de Paris au XVIIe par Michèle Bimbenet-Privat, Paris Musées 2002
  • Exposition : Louis XIV, Faste et décors – Musée des Arts Décoratifs, mai – octobre 1960  
Please follow and like us: