Bague Cachet  » Deo Juvante « 

BAGUE DEO 1Maitre Éric Boureau assisté du cabinet d’expertise Emeric & Stephen Portier présentera le samedi 15 décembre 2018 une bague en or jaune et argent, formant cachet.

La matrice de forme quadrilobée en lapis lazuli porte la devise « Deo Juvante » (Avec l’aide de Dieu). L’anneau est épaulé de deux anges, un portant un glaive, le second une croix. Elle est datée dans l’anneau : 20 juillet 1850.

Notre bague témoigne du goût pour l’historicisme au XIXe, en particulier pour le Moyen Age. Les créations de Jean Valentin Morel, François Désiré Froment Meurice, Jules Wiese…illustrent cet engouement pour les bijoux néogothiques en vogue principalement sous la Restauration et la Monarchie de Juillet.

Une bague identique, datée du 2 juin 1853, figurait dans la succession de feus Monseigneur le Comte de Paris et Madame la Comtesse de Paris lors de la vente du 14 octobre 2008 chez Christie’s.

A noter la date du 20 juillet 1850 gravée dans l’anneau de notre bague, qui correspond à la date de la première communion de Louis Philippe Albert d’Orléans, Comte de Paris (1838-1894). La première communion fut célébrée dans la chapelle catholique Française de Londres, lors de l’exil de Louis Philippe et de la famille royale après la Révolution de 1848. (Estampe de A.Bayot, Musée Carnavalet, Histoire de Paris).

La bague est présentée dans un écrin de la maison DUPONCHEL & Cie, rue Neuve Saint Augustin 47, Paris.

Henri Duponchel (1794-1868) a été associé à Jean-Valentin Morel entre 1842 et 1846, leur entreprise Morel & Cie était une des plus en vues à Paris. Elle répondait à l’engouement d’alors pour les Arts du passé.

La boutique était installée au 39 rue Neuve-Saint-Augustin. « Dès son début, elle attira l’attention des hommes du métier, aussi bien que celle des amateurs avisés. Ses belles et riches montures de joaillerie, sa précieuse orfèvrerie, furent très remarquées lors de l’Exposition de 1844, et Morel y fut récompensé d’une médaille d’or… Il avait envoyé un grand nombre d’objets remarquables : coupes, buires, coffrets, châtelaines ou bracelets enrichis de petites figurines d’enfants et d’émaux délicats.

Jean valentin Morel écrit « En 1842, je m’associai avec M. Duponchel, et je puis dire, avec un certain orgueil, que, pendant la période de notre association, la maison que nous avions fondée sut faire reprendre à l’orfèvrerie française la haute position qu’elle occupait avant 1789 ».

Henri Duponchel est alors directeur artistique, il marie volontiers dans ses créations, l’or, l’argent oxydé, les pierres dures et l‘émail. Suite à des tensions entre les deux associés et à l’issue de deux procès (1848 et 1849) les deux hommes se séparent. Henri Duponchel reprend la société qui prend le nom de Duponchel & Cie. Il poursuivra son acticité d’orfèvre jusqu’à sa mort en 1868.

Info Pratiques :

  • Vente le samedi 15 Décembre 2018
  • Me Eric BOUREAU
  • 62 rue Gambetta, 50200 Coutances
  • Tél : +33 2 33 19 01 80
Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *